Ir direto para menu de acessibilidade.
Portal do Governo Brasileiro
Início do conteúdo da página

Ney Futuro Bitencourt, Embaixador do Brasil no Cameroun

La victoire de l'équipe nationale féminine camerounaise de volley-ball, à la finale du tournoi pré-olympique de Yaoundé, ouvre un nouveau chapitre dans la marche du Cameroun vers Rio, pour les Jeux Olympiques de 2016.

En même temps que la passion des camerounaises et camerounais s'anime pour les Lionnes, galvanisées par le charisme et la vigueur de la capitaine Christelle Nana Tchoudjang, dans tous les continents les citoyens dirigent leur regard vers la ville où va siéger la compétition olympique. Le 20 février dernier, quatre jours après la qualification des Lionnes, le compte à rebours des jeux paralympiques de Rio était déclenché, à 200 jours de son ouverture.

C'est dans ce contexte qu'il s'avère indispensable de souligner les actions du Gouvernement brésilien pour assurer la sûreté des visiteurs, des touristes et des athlètes, en particulier en ce qui concerne la décision de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de déclarer le virus ZIKA comme une urgence de santé publique internationale.

L'annonce de l'OMS fait suite à la déclaration d'urgence nationale de santé publique concernant la maladie du virus ZIKA au Brésil. La décision prise par l'organisation du système des Nations Unies est essentielle pour déclencher un effort mondial visant à prévenir la propagation du virus, son éradication, ainsi que la recherche scientifique en vue du développement du vaccin approprié, de médicaments et de thérapies efficaces. La déclaration permettra également la coordination des actions entreprises et la mobilisation du financement nécessaire pour combattre le virus.

Le ZIKA est effectivement un défi de santé publique mondiale, non seulement pour les pays directement affectés. La maladie causée par le ZIKA, encore peu connue dans le monde, a été identifiée au Brésil la première fois, en 2015, depuis sa survenance sous forme d'une épidémie en Polynésie française en 2014.

La situation actuelle est cependant nouvelle pour les autorités sanitaires et la communauté scientifique, étant donné que la circulation du virus était sporadique et circonscrite à l'Asie, l'Océanie et l'Afrique. D'après l'OMS, depuis 2015 24 pays et territoires des Amériques, outre le Brésil, ont été touchés par le virus. Le ZIKA est donc une émergence internationale, qui requiert un effort conjoint, aussi bien pour combattre le virus, que pour anéantir le moustique Aedes Aegypti, vecteur de la maladie.

Il faut cependant éviter la désinformation et la panique infondée.

Le Zika ne peut se comparer, par exemple, au virus de l'Ebola, ses symptômes étant semblables à une grippe bénigne et généralement faible chez un adulte. Le virus ZIKA fait toutefois l'objet de préoccupation, étant donnée son association avec la microcéphalie des nouveaux nés. Le Brésil a donc lancé un ensemble de mesures pour mettre en place une réponse efficace et ferme à la propagation du virus ZIKA: disposant d'un système de santé publique universel, intégré et gratuit, le Brésil a réagi à partir du moment ou l'épidémie a été vérifiée, de façon à mieux connaître le comportement du virus, comment la maladie s'installe et évolue, ainsi que les risques associés. C'est la réponse ferme qui a rendu possible la confirmation de l'association entre la microcéphalie et le ZIKA par des spécialistes de santé brésiliens. Les chercheurs brésiliens à Rio de Janeiro ont ensuite réussi à décrypter le génome du virus ZIKA. La Présidente Dilma Rousseff et le Président Barack Obama ont accordé, pendant une conversation par téléphone face à cette urgence, la mise en place d'un partenariat pour développer et produire un vaccin. Ces démarches marquent les efforts entrepris dans la lutte contre le ZIKA.

En visite au Brésil cette semaine, la Directrice Générale de l`Organisation Mondiale de la Santé, Margaret Chan, s'est déclaré, le 23 février dernier, confiante que le Brésil accueillera les Jeux Olympiques en toute sécurité: Nous devons "faire en sorte que les gens qui viennent ici, visiteurs, participants ou athlètes, obtiennent la protection maximale dont ils ont besoin ... Et je suis convaincue que le gouvernement peut le faire", a-t-elle déclaré.

Le gouvernement du Brésil a ainsi déployé une force opérationnelle sans précédents, avec des moyens financiers, technologiques et scientifiques alloués à la prévention et la lutte à court, moyen et long termes. Prés de 220 000 militaires des Armées de Terre, de Mer et de l'Air ont rejoint les 300 000 agents publics et des milliers de volontaires dans tout le pays, pour mener à bout les mesures de prévention et combat contre la maladie du virus Zika.

En vue des Jeux Olympiques et Paralympiques le Gouvernement brésilien prend déjà toutes les précautions. L'ensemble des installations sportives sont en cours d'inspection afin de contrôler d'éventuels foyers de moustiques.

L'OMS et l'Organisation Mondiale du Tourisme ne préconisent pas de restrictions de voyage ni de commerce à cause du virus. Les voyageurs et touristes ayant pour destination des régions affectées par le ZIKA en Amérique du Sud et du Nord doivent prendre les précautions de base, comme n'importe où dans le monde. Il est recommandé une attention particulière aux femmes enceintes, qui doivent consulter leur médecin avant de voyager et adopter les mesures courantes, recommandées, de façon à éviter la présence de moustiques vecteurs de la maladie.

Au Brésil, les autorités et la population sont pleinement engagées dans le combat contre le ZIKA, qui est un devoir de tous. Les brésiliens sont prêts à recevoir, les bras ouverts, les visiteurs du monde entier, en particulier - je tiens à le souligner - les athlètes et visiteurs du pays ami qui est le Cameroun.

Fim do conteúdo da página