Ir direto para menu de acessibilidade.
Portal do Governo Brasileiro
Início do conteúdo da página

Paulo C. de Oliveira Campos, Embaixador do Brasil na França

A la veille des Jeux Olympiques, la France suit avec attention les efforts que le Brésil déploie contre le Zika. Vaincre le virus sera notre plus importante médaille d'or.

Le 13 février était le « jour J » pour le Brésil dans sa lutte contre le moustique vecteur. Plus de 3 millions d'immeubles ont été inspectés par des équipes formées de 220.000 militaires, 300.000 agents du ministère de la Santé et des milliers de fonctionnaires des administrations locales. La présidente de la République, Mme Dilma Rousseff, les ministres d'Etat et d'autres autorités responsables ont participé activement à la mobilisation contre l'Aedes aegypti, vecteur du virus Zika et d'autres maladies comme la dengue et le chikungunya.

Le Brésil traite le sujet comme une priorité nationale, avec une transparence et une rapidité absolues. Notre système de santé publique est universel, intégré et gratuit, de sorte que le pays a toutes les conditions pour relever et vaincre ce défi au bénéfice aussi bien de sa propre population que des visiteurs et des touristes.

Le Zika n'est pas un nouvel Ebola. En effet, les symptômes chez les adultes sont, dans la plupart des cas, similaires à ceux d'une grippe faible. Cependant, il existe une corrélation, en cours de vérification, entre la présence du virus et des cas de nouveau-nés atteints de microcéphalie.

D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), depuis 2015, 25 pays et territoires des Amériques, dont le Brésil et certains DOM-TOM, ont déjà été touchés par le virus Zika. Cela caractérise un état d'urgence de santé publique de portée globale. Ainsi, le gouvernement brésilien participe activement aux efforts internationaux pour combattre le Zika. Des actions conjointes pour faire face à la prolifération du virus et pour encourager le partage des résultats de la recherche scientifique sont en cours à l'OMS et à l'Organisation panaméricaine de la santé (Opas). Des mesures de coordination ont également été prises avec des groupements politiques régionaux qui rassemblent les pays sud-américains (Union des nations sud-américaines, Unasur) ou encore ceux d'Amérique latine et des Caraïbes (Communauté d'Etats latino-américains et Caraïbes, CELAC).

Pour les Jeux Olympiques et paralympiques, qui auront lieu à Rio en août prochain, toutes les mesures ont été adoptées pour garantir la sécurité des athlètes et des touristes. Les installations olympiques et les espaces prévus pour les rassemblements publics sont placés sous le contrôle permanent des agents sanitaires dans l'objectif d'éradiquer les sources potentielles de prolifération des moustiques. Il convient aussi de rappeler que les compétitions se dérouleront pendant l'hiver austral, période pendant laquelle la population de moustiques est considérablement réduite.

Je réitère que l'on peut se rendre au Brésil en toute sécurité. Selon l'OMS et l'Organisation mondiale du tourisme, il n'y a aucune restriction aux voyages ni aux échanges commerciaux à cause du virus Zika. Ce ne sont que les femmes enceintes qui doivent prendre des précautions supplémentaires, comme l'ont également conseillé les ministres françaises de la Santé, Marisol Touraine, et des Outre-Mer, George Pau-Langevin, aux habitants de l'Hexagone qui se déplacent vers les territoires français des Amériques.

Le Brésil attend les 15.000 athlètes olympiques et paralympiques et des milliers de supporteurs avec la même joie de vivre que nous avons affichée lors de la Coupe du monde de 2014, dans une ambiance festive et sûre.

Fim do conteúdo da página