Ir direto para menu de acessibilidade.
Portal do Governo Brasileiro
Início do conteúdo da página

M. António Guterres, le secrétaire général des Nations unies;

Mesdames et messieurs les chefs d'État, de gouvernement et de délégation;

Mesdames et Messieurs.

 

Je remercie tout d’abord nos colègues de l’Afrique du Sud de nous avoir proposé ce moment de réflexion pour marquer le centenaire de la naissance de Nelson Mandela.

Cela nous incite à regarder les défis du présent sans perdre la perspective de construire un monde plus juste et pacifique. Cet objectif est à la base de cette organisation.

L'héritage de Mandela nous inspire dans tout le monde, le Brésil n’y fait pas exception.

Nous avons eu l’honneur d’abriter, ce mois-ci, dans le siège du Ministère des Affaires étrangères à Brasília, une exposition sur la vie de Mandela, avec la coopération du Musée de l’Apartheid, de Johannesburg.

C’est un vif témoignage qui nous rappelle qu'il n'y a pas d’alternative à la paix avec justice.

Célébrer la mémoire de Mandela contribue à revivre la conviction que la paix ne peut être consolidée que par le dialogue et que ce dialogue est rendu possible par ce que nous avons en commun, par notre humanité même.

Ce chemin est parfois long, mais il ne peut pas être remplacé par le recours à la violence.

La société sud-africaine qui ressortait de l’apartheid était profondement blessée par ses divisions, par un manque forcé de liens entre les différents groupes qui la composaient. Mandela avait lui-même été victime de cruautés.

Il a néanmoins changé cette réalité et rendu possible la réconciliation. Son rêve a réuni le peuple sud-africain autour d’un projet collectif fondé sur la démocratie, les droits de l’homme et le développement.

On reconnaît chez Mandela le rôle du père fondateur d’une grande nation. On voit aussi en lui la figure type de l´homme chargé d’une mission universelle de paix. On peut en extraire des leçons pour agir devant les réalités de notre temps.

Les défis à la promotion de la paix sont considérables et demandent des efforts continus de chaque nation et de la communauté internationale dans son ensemble.

Face aux sources d’instabilité et aux faux discours qui essaient d’en tirer profit, nous avons besoin de réponses multilatérales et durables, qui prennent en compte les particularités de chaque situation et les causes profondes des conflits.

La tradition pacifique du Brésil assure notre capacité de contribuer à la paix et à la sécurité internationale. Le Brésil est fier d’avoir été engagé aux débats sur l'architecture de consolidation de la paix menés par le secrétaire général.

Nous soutenons des stratégies intégrées de prévention et règlement des conflits, aussi que de maintien et consolidation de la paix.

Nous considérons également que la paix et la sécurité internationale, le développement et les droits de l’homme sont étroitement liés et se renforcent mutuellement, sans pourtant confondre les dynamiques et les compétences qui sont propres à chacun des pilliers de l’ONU.

La déclaration que nous adoptons aujourd’hui réaffirme la primauté de la politique et du dialogue comme seuls moyens pour batir une paix durable.

Cette déclaration renouvelle aussi notre engagement à la priorité due au réglement pacifique des conflits, ainsi qu´au désarmement, notamment en vue de l´élimination totale de l´arme nucléaire.

Pour honorer Nelson Mandela, il faut rester pleinement engagé face aux difficultés que nous rencontrons dans le chemin de la paix.

Madiba défiait la simple opposition entre réalisme et idéalisme quand il disait que « cela semble toujours impossible jusqu’à ce que ce soit fait ».

C’est cet esprit que nous devons garder comme source d’inspiration.

Merci de votre attention.

Fim do conteúdo da página